Lutte contre les fakenews : Defyhatenow en alerte

L’organisation internationale est déterminée à assainir la toile camerounaise. A travers sa bourse de vérification des faits en Afrique rendue à sa quatrième cohorte, elle outille les activistes, les membres de la société civile, les blogueurs et les journalistes à cet effet.

La 2ème session de formation de la cohorte 4 des boursiers de l’Africa Factchecking Fellowship Cameroon (AFFCameroon) est rentrée en gare ce 19 juin 2021 à Douala. Débutée le 18 juin, la session nommée «Intermediary» était consacrée à la manipulation des outils de Fact-checking et de datajournalisme. La méthodologie de rédaction était aussi au centre de ces deux jours de travaux qui ont réuni les 10 boursiers se comptant parmi les acteurs de la société civile, les activistes, les blogueurs et les journalistes.Venus de Yaoundé, de l’Adamaoua, de Bamenda, de Buea et de Douala, les participants avaient pour objectif d’acquérir des notions afin de contribuer à la lutte contre les fausses informations off et online.

Vérifier une image…

Tineyes, Google Reverses images, Yandex sont quelques outils de vérification de l’authenticité d’une image. Ils permettent surtout de retrouver la première utilisation d’une photographie et les différentes cadres dans lequel elle a déjà été employée. C’est la quintessence de la leçon donnée par Paul-Joël Kamtchang, sur les outils de vérification des faits. Il assure la collaboration technique de cette formation.

« Pendant cette session on travaillait plus à se familiariser et à prendre la main sur les outils du datajournalisme et du fact-checking et on visitait également la méthodologie de rédaction », affirme-t-il.

Paul-Joël Kamtchang

Attentif!

Des enseignements qui ne sont pas rentrés dans des oreilles de sourds. « Nous avons surtout appris le b-a-b-a de la recherche d’images inversée et ce, étape par étape. Quelques outils de base de vérification des faits, l’authentification d’une photo grâce aux outils de recherches dédiés à cela », confie Marthe Ndiang, boursière.

Cette étape intermédiaire entre la première session et la dernière session a permis aux boursiers de cette cohorte 4, à se familiariser et à prendre la main sur les outils du datajournalisme et du fact-checking. « la formation était riche en contenu d’autant plus que nous avons fait beaucoup de travaux pratiques. J’adore mettre en oeuvre toutes les théories que j’apprends et j’étais très heureux d’utiliser des outils de vérification des faits. Dans un monde où il y a beaucoup de fausses nouvelles partagées par tout le monde, j’ai l’intention d’utiliser les compétences rassemblées pour arrêter la propagation de fausses nouvelles en publiant des articles / images vérifiés par rapport au faux contenu viral », promet Brenda Kiven.

Et Marthe Ndiang de renchérir «Nous avons découvert Flourish qui est un outil gratuit et accessible qui aide à faire des DataVisualisations. L’exercice pratique auquel nous avons été soumis m’a par exemple permis de réaliser mon premier graphique de DataVIZ».

AFFCameroon est un programme de Defyhatenow avec la collaboration technique d’Adisi -Cameroun à travers sa sous-structure datacameroon. A cette étape, 38 Camerounais ont déjà bénéficié de l’Africa Factchecking Fellowship et contribuent à lutter contre la propagation des fausses nouvelles sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.