Agenda / Calendrier

Camrail veut se remettre sur les rails

Dans le cadre de son programme de relance économique, le gouvernement camerounais a initié la mise en concession de la Régie des chemins de fer du Cameroun. La société Camrail qui nait à la suite de cette opération tarde encore à imprimer ses marques 20 ans après, mais projette de se remettre sur les rails.

S’il y a une question à laquelle tous les Camerounais attendaient une réponse quand ils ont appris que Camrail célébrait ses 20 ans, c’est bien celle relative à la reprise des voyages de l’Intercity entre les villes de Douala et Yaoundé. Une question qui n’a malheureusement pas trouvé une réponse précise lors des échanges entre l’équipe dirigeante de Camrail et les hommes des médias lors de la cérémonie de lancement des activités de ladite société le 15 avril 2019 à Douala.

L’arrêt de Intercity n’est pas volontaire dit Pascal Miny, le DG de Camrail. Si au lendemain du drame d’Eseka survenu le 21 octobre 2016, un décret du premier ministre du Cameroun demandait de retirer tous les véhicules impliqués dans l’accident, aucune nouvelle mesure n’a été prise dès lors pour rétablir la circulation du train sur cette ligne. Cette partie du contrat qui lie le concessionnaire à l’Etat indique bien que le transport des passagers est assuré par l’Etat du Cameroun. Camrail qui ne fait pas de profit dans ce segment de transport, n’attend plus que l’Etat rachète de nouvelles locomotives. Un investissement difficile à consentir à l’heure actuelle à cause de la crise. « Au moment où toutes les dépenses de l’Etat sont scrutées par le FMI, il est  difficile pour le Cameroun de s’engager pour l’achat des locomotives pouvant permettre de transporter les passagers. » précise le DG de Camrail.

10 milliards de FCFA d’investissement par an

La convention de concession du 19 janvier 1999 concède à Camrail l’exploitation technique et commerciale des services de transport ferroviaire, la maintenance, l’aménagement et la gestion des infrastructures ferroviaires et la gestion courante du domaine ferroviaire. Côté maintenance et aménagement, 10 milliards FCFA sont investis chaque année par l’entreprise pour l’entretien de son réseau. Selon Pascal Miny, le DG de Camrail, le Cameroun à entrepris un vaste réaménagement de ses voies ferroviaires et va rénover la totalité de son chemin de fer d’ici 5 ans. Soit un investissement de près de 330 milliards pour la réfection totale du réseau ferroviaire, vieux de plus de 50 ans.

50% du marché du fret perdu

Camrail en plus de l’Intercity a perdu un important segment de son marché. Selon Pascal Miny, l’entreprise n’a pas reçu de dividende depuis 2005. Elle a perdu 50% du marché du fret entre 2014 et 2018 et a eu un résultat opérationnel négatif en 2016. Pour le DG, l’entreprise qui célèbre ses 20 ans cette année sort de la salle de réanimation après la catastrophe d’Eséka et la crise économique au Tchad et au Cameroun.

Pascal Miny peint Camrail comme un malade sous perfusion qui reprend juste des couleurs. Cette année anniversaire qui va se célébrer jusqu’en décembre 2019 avec des débats autour d’une thématique chaque mois, est celle de la reconquête des clients frets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.