La culture Centrafricaine en promotion au Cameroun

Le laboratoire de musique et de l'art  « Duke'ziki » organise les 2 et 3 décembre 2017 à Douala, la première édition du festival Ti-Î.     Le stade Youpwe à Douala au Cameroun abrite du 2 au 3 décembre 2017, la première édition du festival Ti-Î dédié à la promotion de la culture centrafricaine au Cameroun. Ce festival vise à exporter et à faire connaître la culture centrafricaine au-delà de ses frontières. « Ça fait 10 ans que je vis au Cameroun. J'ai fais le constat selon lequel la Centrafrique n'existe pas à l'international, encore moins au Cameroun, pays voisin. Beaucoup de personnes…

User Rating: Be the first one !
Le laboratoire de musique et de l’art  « Duke’ziki » organise les 2 et 3 décembre 2017 à Douala, la première édition du festival Ti-Î.  
 
Le stade Youpwe à Douala au Cameroun abrite du 2 au 3 décembre 2017, la première édition du festival Ti-Î dédié à la promotion de la culture centrafricaine au Cameroun. Ce festival vise à exporter et à faire connaître la culture centrafricaine au-delà de ses frontières. « Ça fait 10 ans que je vis au Cameroun. J’ai fais le constat selon lequel la Centrafrique n’existe pas à l’international, encore moins au Cameroun, pays voisin. Beaucoup de personnes ne connaissent qu’Idylle Mamba. Je voudrais montrer à mes frères camerounais, ma deuxième patrie, d’où je viens et que je ne suis pas seule », indique Idylle Mamba, artiste et promotrice du festival.


Au menu de ces deux jours de festival
, les activités sont segmentées en 5 séquences, à savoir la musique,  la danse, le théâtre, le sport et les jeux. «Nous allons partager avec vous des jeux de la Centrafrique comme le Hamté, le Ba-ba, le songho, le ludo qui sont des jeux centrafricains », explique Idylle Mamba. Si la musique Centrafricaine en particulière et la culture en générale  ne s’exportent pas, ceci est dû à un manque de structures d’accompagnement étatique. Une réalité qui n’est pas que Centrafricaine, car même le Cameroun fait face à ce problème. Le festival Ti-Î se veut donc être un lieu de rencontre, de partage, de communion et surtout de découverte tant pour les artistes en provenance de la RCA que pour ceux présents sur le territoire camerounais. Sont annoncés sur la scène les 2 et 3 décembre prochain, Le ballet national de la Centrafrique, Mozewa, Ngaragba music, les perroquets, Revo-Mixe, Idylle Mamba, Izy oprhelin, les Kunde, Ndaboro, le Berger et Nernos. 
 
« Ti-î Festival veut aussi redorer le blason des Centrafricains tancés le plus souvent de rebelles.  Permettre un retour à l’enfance aux 7000 réfugiés centrafricains à Douala  et revivre des moments heureux. Tout simplement se retrouver et laisser chanter, danser, jouer l’enfant qui est en chacun de nous. Reconnecter les centrafricains à leur culture d’origine », explique Bienvenu Quentin Gounoumoundjou, le représentant légal des réfugiés centrafricains auprès du HCR. La deuxième édition du festival déjà en préparation  va se dérouler en République Centrafricaine pour un retour aux sources.

Un commentaire

  1. Le chant c’est ma passion j’aimerais vraiment participer à the voice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.