Sanzy Viany, un soleil qui brille depuis 10 ans

L’artiste d’Afro-Jazz a célébré ses 10 ans de carrière le 12 aout dernier à Yaoundé au Cameroun. Un moment de partage plein de suspense mais surtout riche en émotions.
Tout a commencé par une série de belles paroles et de témoignages poignants à l’endroit de Sanzy sur la toile, notamment sur facebook. Pour célébrer ses 10 ans de carrière musicale, 10 amis et pas n’importe lesquels ont témoigné leur affection et gratitude, non sans raconter leur première rencontre avec l’artiste.  Monique Ngo Mayag a ouvert le bal avec son « emmerdeuse du taxi » dont elle succombe au charme de la voix et de la prestation quelques heures plus tard. Falix Fetue prend la relève et conte l’histoire d’amour qui a vu le jour entre la chanteuse et l’animateur radio. Elle était un client parfait pour l’émission « Afro-Beat ». Pour l’artiste Kareyce Fotso, Sanzy est une femme forte. Debout, elle résiste. Le point levé, elle avance. Gaelle Wondje, Bibiane Sadey, André Manga et Abraham Nana ont suivi le mouvement. Tous s’accordent sur cet être sensible et ce talent à l’état brut qu’est Sanzy. Dania Ebongue et Charlotte Pélagie Mouasso Eyoum ne sont pas en reste. Ils sont unanimes. Dès la première rencontre, ils sont tombés sous son charme, son charisme et sa mélodie. Carole Leuwe. Oui, la fan de bonne musique est venue clôturer la liste des souhaits de joyeux 10 ans de Carrière à Sanzy. Ce soleil qui brille depuis 10 ans a également éclairé plusieurs de ses émissions à la radio.
Le 12 aout dernier je me retrouve donc à Yaoundé. Occasion faisant le larron comme dit souvent un kongossa, j’appelle Carole Leuwe et lui dis que je dois assister aux 10 ans de Sanzy. Elle me dit « pas de souci, j’ai eu un imprévu je ne pourrais être là. Alors, je signale que c’est toi qui me remplace ». Quelques minutes. Le téléphone sonne. « Allô ! Ne boit pas tout mon champagne là-bas hein, on t’attend ». Elle n’oublie pas de préciser que le concert débute à 18h et que Sanzy est très ponctuelle.
Spectacle à ne pas rater
19h. je suis toujours en séance de réunion. Celle qui m’a fait faire le déplacement pour Yaoundé. Je rappelle Carole pour savoir où se situe la salle du concert. Elle : « Tu n’es pas encore partie ? Le concert a déjà commencé. Il y a un direct sur Facebook ». Je sors de la réunion et presse le pas. Taxi 400 FCFA Carrefour Ceper ! Il hésite. Puis pimmm ! Je prends place à bord et il démarre. Je sais que je vais au Mi-Sael à Elig Essono, mais je ne sais pas où ça se trouve effectivement. J’appelle un contact qui me dit que c’est entre la Mobile et le carrefour Ceper. Je l précise au chauffeur, mais lui aussi ne connait pas le lieu. 20 minutes plus-tard, je suis à la Mobile. Je descends du taxi. Direction les pompistes. « Bonsoir monsieur, s’il vous plait où se trouve le Mi-Sael ici ? ». Le pompiste : « C’est quoi le Mi-Sael ? Je n’ai pas encore entendu ce nom ici ». Je reviens sur mes pas et arrive rejoins la chaussée. Je tombe sur un conducteur de moto. Je demande ma direction et il dit « montez comme ça. C’est au niveau de l’immeuble en carreau blanc.»  2 minutes plus tard, je suis au carrefour. Je vois les immeubles mais je ne sais pas vers lequel me diriger. Tient ! Un vendeur de cigarette. « Bonsoir papa ! S’il vous plait où se trouve le Mi-Sael ici ? Lui : « bonsoir ma fille. Tu es la 9ème personne qui me pose cette question. Je te dirai mais la 10ème va seulement me payer pour avoir cette information. Je ne travaille pas aux renseignements. Montez comme ça. Après le parapluie là il y a une entrée et c’est là-bas »
20h. Je suis dans la salle de spectacle. Le concert a débuté effectivement à l’heure. Krotal, Macase, Danielle Eog ont même déjà fait la scène avec Sanzy. Je m’installe à l’étage et la voix de la M.C de la cérémonie annonce sur scène la « compagnie des 03 Pierres». Les gars débarquent avec tam-tams, balafons, Djembés, Congas, Maracas et percussions. On est en plein soir au village. Ils ont obligé le public amorphe de Yaoundé à danser sur du Makounè, Bikutsi et d’autres rythmes traditionnels du Cameroun. C’est l’épouse du haut-commissaire de Grande Bretagne qui se souviendra longtemps de ce moment. Cette dernière en sortant sa dernière touche de danse a fait un faux pas et s’est retrouvée étalée à même le sol (ne riez pas).
Eneo était de la partie
5 minutes de prestation. Nous voici dans le noir. Eneo a coupé la lumière. Quelques minutes et ça revient. 2 minutes de prestation et nous sommes à nouveau dans le noir sauf que cette fois, ce n’est pas Eneo mais une panne dû certainement aux multiples coupures. La compagnie poursuit son show avec les lumières fournies par les torches des téléphones. On attend. Rien. 10, 20, 30 minutes. La salle se vide peu à peu. La compagnie se bat comme elle peu pour animer la salle. 45 minutes plus tard. La lumière. Sanzy, comme un rayon de soleil, apparait sur scène. Elle demande des excuses et remercie ceux qui sont restés en annonçant que tout n’est pas complètement rentré dans l’ordre.
Donc on va encore attendre ? Bref ! « Mouillé c’est mouillé », comme dit souvent l’adage. 5 minutes après le son du micro revient. Les baffles aussi. Tout est ok. C’est reparti pour la célébration de 10 ans de musique de Sanzy. Les rayons de soleil de Sanzy illuminent la scène. La salle se remplie à nouveau. Elle rend hommage à trois artistes camerounaises, des épaules et conseillères. Elle ouvre le bal avec « Me Teug » un titre dans lequel elle est accompagnée par  Queen Eteme. C’est à travers ce titre que je l’ai connue. Puis « Mispa » de Charlotte Dipanda et « Azany » de Kareyce Fotso. J’ai coulé une larme lors de cette prestation. Ce titre de Kareyce me fait toujours penser à Stéphane Tchakam, un ami de l’artiste. Le lendemain du concert coïncidait avec le 5ème anniversaire de son décès. Oui Massa. 5 ans après la douleur est toujours là. Bon vent là où tu te trouves.
Couler trop de larme c’est bien, mais après il faut passer à autre chose. Ce fut un magnifique hommage à ces grandes dames, ambassadrices de la musique Camerounaise. Des soutiens indéfectibles pour Sanzy. « Queen Etémé m’a apprise à pousser. Même si c’est la pierre qui est devant moi, je serre et je pousse. Kareyce Fotso, elle, m’a apprise à être persévérante dans le calme. Mon travail doit parler pour moi. Charlotte Dipanda m’a apprise la douceur et le partage », témoigne Sanzy.
Sanzy, mon amie
Ont aussi défilé sur scène, Judah dans un feat avec Sanzy. David K, Moustik le Charismatik et Dénise Naafa. L’émotion a atteint son pic quand d’une voix tremblante, Sanzy est allée puiser au fond de ses 10 années parsemées d’embuches pour chanter le titre « Ossu ». Son fils et quelques enfants sont montés sur scène alors que des gouttes de larmes envahissaient son visage pour lui témoigner leur amour. Un amour qui lui a permis de se ressaisir, cet amour qui s’entremêle depuis 10 ans pour la hisser où elle se trouve aujourd’hui. Cette boule d’énergie sur scène a partagé son courage avec toutes les femmes fortes à qui elle a rendu hommage à travers « Mpang Minga. » Et, c’était la fin de la soirée.
Je suis désormais son amie parce que j’ai admiré et apprécié sa capacité à remonter la pente et à rester de bonne humeur devant toute cette épreuve. Je suis désormais ton amie parce que devant la difficulté tu cherches la solution. Je suis désormais ton amie le soleil Viany parce qu’après tous ces ratés, tu es montée sur scène et a donné ce qu’il y a de meilleure en toi pour que la célébration de tes 10 ans de carrière soit une réussite malgré le public passif de Yaoundé que tu avais en face. En tout cas j’ai bien dansé comme ici à Douala on sait le faire.
 
 Après la célébration des 10ans, le programme de l’artiste prévoit un repos, une tournée en Afrique et elle se consacrera à son 3ème album. Elle va d’abord marquer  un arrêt pour ses activités sociales liées à son association « demain au féminin », car ça ne lui me suffit plus de rester à la maison et s’occuper seulement de son enfant, elle veut donner du sien aux nécessiteux. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *