Les ragoûts des cantines scolaires

Nutrition. Des menus variés sont proposés aux élèves pendant la récréation.

La rentrée scolaire est effective dans les établissements depuis le 5 septembre 2011. Et déjà , les cordons-bleus des cantines ont repris du service. Du Pain-boulette, spaghettis sautés, purée d’avocat, poissons frits, aux oeufs bouillis, jambon, saucisson, le menu est diversifié sur les étals ce mardi 6 septembre 2011, à  l’entrée de collège Libermann à  Douala. Les vendeurs de confiserie sont également présents. Biscuits, bonbons, chewing-gum et chocolat sont sur les étals. Les plateaux de pop corn, caramels, beignets de crevettes, arachides grillés, frits de plantain et pommes sont aussi de la partie. La vendeuse de crêpe et celle de la viande grillée a aussi pris le train de la rentrée scolaire. « Les enfants aiment et demandent beaucoup plus les sandwichs», confie tata Nathalie. Chez les élèves de l’école primaire St Jean Bosco, le menu est certes varié mais plus léger «Nous vendons du pain-haricot, du pain-boulette et du pain avec de la peau de bÅ“uf, des sucettes et des glaces», indique Sarah, vendeuse au sein de ladite école.

Ces repas sont vendus sur des tables, dans des kiosques et dans des porte-tout, installés en plein air, en fonction du menu proposé. Dans les différents établissements parcourus, la propreté est de mise. « Il y a un controle de nourriture qui est effectué. Le premier jour des classes, certains maîtres sont venus goûter nos repas pour vérifier la qualité et si tout est bien concocté», confie Sarah. La vente est soumise à  d’autres formalités telles qu’une demande manuscrite à  laquelle la commerçante joint la photocopie de la Cni et le certificat médical rempli par le médecin de l’école. Le menu est certes consistant, mais les prix varient. Pour les élèves, le prix est fonction de la commande. « Le prix le plus bas c’est 200 F.Cfa et 500 F.Cfa pour les plus gourmands», explique Nathalie. Les écoliers quant à  eux sont servis en fonction de leur moyen. « Je charge le pain de 50 F.Cfa avec le haricot de 25 F.Cfa. La peau c’est 25 f.cfa, la purée aussi. Donc, même avec 50 F.Cfa, un enfant est servi», indique Sarah.

Au deuxième jour des classes, le marché de la récréation est déjà  instauré, et n’attend plus que les élèves. « Le commerce est un peu timide parce que les enfants viennent pratiquement à  la fermeture. Aussi, nos meilleurs consommateurs que sont les élèves de 6ème n’ont-ils pas encore repris avec les cours», s’inquiète Bibiche, vendeuse de crêpe à  Libermann. La journée de travaille commence à  6h30 pour s’achever à  18h, la dernière sortie des lycéens étant à  17h.

Armelle Nina Sitchoma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.