Les droits de l’homme au centre des attentions dans le Littoral

Ensemble pour les droits de l’homme…

Des membres de la Commission des Droits de l’Homme du Cameroun ont été reçus en audience par Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, le gouverneur de la Région.

La formation des organisations de la société civile et des organisations internes des sociétés des droits humains dans le Littoral s’est ouverte jeudi 15 juillet 2021 à Douala. En prélude au renforcement des capacités de ces acteurs sur la nouvelle loi sur les droits de l’Homme, la Commission des droits de l’homme du Cameroun a été reçue en audience chez le gouverneur de la région du Littoral.

«Nous sommes membres de la CDHC mais aussi vos administrés du Littoral. Il était important qu’après notre nomination par le Chef de l’Etat qu’on vienne vous voir car vous représentez l’exécutif au niveau du Littoral. Nous avons reçu un mandat public de l’Etat du Cameroun pour la protection, la promotion des droits de l’Homme et la prévention de la torture dans les milieux de détention. Et la commission fait office de mécanisme national. Nous sommes venus car nous aurons tout le temps besoin de vous en tant qu’autorité pour nous accompagner dans la lourde mission qui est la nôtre»,

a indiqué Denis Nkwebo, commissaire CDHC et membre de cette délégation.

Ne pas enfreindre les libertés

Nous ne sommes pas libres d’exposer la vie des autres…

Le patron de la région a profité de cette occasion pour dresser l’état des lieux des droits de l’homme dans son territoire de commandement.

« Vous arrivez à un moment où nous vivons dans les réseaux sociaux des situations qui ne nous font pas du tout honneur, mais aussi le gouvernement prend la mesure de la chose en sanctionnant ceux qui violent les droits de l’Homme. L’actualité est là pour le prouver et aussi pour dire que nous ne sommes pas libres d’exposer la vie des autres. Nous ne sommes pas libres d’insulter celui qui est en face à nous. Nous ne sommes pas libres de faire comme nous voulons. Nous sommes libres d’aller et venir, mais nous ne sommes pas libres d’enfreindre à la liberté de celui qui est en face. La CDHC est la bienvenue dans la région du Littoral », a-t-il déclaré.

Samuel Dieudonné IVAHA DIBOUA

Pour Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, Douala est non seulement la capitale économique et poumon économique, mais également un centre des intérêts convergents et divergents. La  tâche de la Commission des droits de l’homme du Cameroun est donc la bienvenue dans cet environnement. Tout en réitérant son accompagnement, le gouverneur a émis le souhait que la CDHC puisse travailler comme il se doit car la population de Douala et du Cameroun a besoin d’être canalisée.

Les Osc outillées

« Je tiens quand même à dire que nous avons cette grâce de vivre dans une région où les libertés d’expression se font. Lorsqu’il y a entrave à ces libertés, ça se voit et ça se juge. Nous voulons garder cette atmosphère qui permet que les uns et les autres, Camerounais ou non, puissent trouver en notre région un lieu d’expression libre mais un lieu également où la paix est assurée aux uns et aux autres », indique le gouverneur.

Pour le Dr Ngalle Mbonjo Jean Marc, commissaire CDHC et chef de file chez le gouverneur, ces deux jours d’échanges avec les Osc à Douala sont placés sous le patronage du gouverneur. Une trentaine d’organisation de la société civile sont ‘’capacitées’’ sur les avantages de la nouvelle loi par la CDHC avec l’appui de l’Union européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.