Les clés pour un succès entrepreneurial en Afrique francophone

Près de 100 entrepreneurs ont été outillés à cet effet le 31 mai et 1er juin à Douala au Cameroun, par les experts venus du Rwanda, du Gabon, de la RDC, de la RCA, du Mali et du Cameroun. Une conférence de deux jours initiée par l’Organisation Internationale de la Francophonie pour venir en soutien aux start-up.

Une étude menée par le Centre d’Analyse et de Recherche sur les Politiques Economiques du Cameroun et,  publiée en 2016 sur le dispositif de suivi de la mortalité des petites et moyennes entreprises au Cameroun. Ladite étude  révélait que 72,24% des entreprises créées entre 2010 et 2015 sont inexistantes dans le fichier de la direction générale des impôts au mois de mai 2016. Soit 7 sur 10 entreprises créées de 2010 à 2015 n’ont pas survécu jusqu’en mai 2016. For est de constater que de façon récurrente, une PME meurt 1 ou 2 ans après sa création et renaitre   la 3ième année avec une autre dénomination et le même promoteur. Ces chiffres  de 2016 restent d’actualité.  On remarque  d’ailleurs que  le nombre de start-up qui meurt après 2 années de vie s’est  accru; ceci du fait de la situation économique que traverse le pays.

7 sur 10 entreprises créées de 2010 à 2015 n’ont pas survécu jusqu’en mai 2016

L’urgence de donner un souffle nouveau à  ces entreprises qui battent de l’aile, peinent à survivre ou à se réinventer devenait impératif. Un constat fait par l’Organisation Internationale de la Francophonie qui se déploie depuis 2015 à travers le programme « promotion de l’emploi par l’entrepreneuriat chez les femmes et les jeunes en Afrique subsaharienne francophone. » La tenue à Douala au Cameroun de la première édition du forum régional « Entreprendre en Francophonie : Soutenir le financement et le développement de l’entrepreneuriat en Afrique centrale » avait pour objectif de présenter les politiques, initiatives et dispositifs publics innovants de soutien au développement de l’entrepreneuriat, valoriser les secteurs porteurs ainsi que les opportunités d’affaires dans la sous-région, créer des opportunités de rencontres B2B entre acteurs de l’écosystème entrepreneurial et partager de bonnes pratiques et des mesures innovantes mises en œuvre  en faveur de l’entrepreneuriat notamment chez les femmes et les jeunes. « Cette initiative veut mettre en réseau les entrepreneurs, les porteurs de projets, les incubateurs, les acteurs institutionnels et institutions financières au sein de la sous-région Afrique centrale», précise  Boubacar Noumansana, directeur du bureau régional de l’OIF pour l’Afrique centrale.

L’expérience de réussite de « Rwandaonline » présenté par Serge Polisi le directeur du projet qui, a déjà mis 88 Services publics en ligne, réalise 10.000 à 15.000 transactions par jour et pas moins de 200 millions de franc rwandais de revenus par mois. Il n’a pas hésité de partager son expérience et proposer des pistes aux participants. Ce forum s’est tenu en partenariat avec le Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Économie Sociale et de l’Artisanat (MINPMEESA) du Cameroun et la Chambre de Commerce d’Industrie, des Mines et d’Artisanat du Cameroun (CCIMA). Selon Laurent Serge Etoundi Ngoa, le MinPMEESA, « Depuis 3 ans, il y a une sensibilisation accrue de nos communautés en matière d’entreprenariat.  C’est-à-dire que les politiques publiques encouragent les jeunes, les femmes à créer les entreprises, à les encadrer avec les divers outils et instruments que le gouvernement a mis à leur disposition.» Pour lui, les résultats de la production nationale des cinq dernières années, sont plus satisfaisants que ceux des dix dernières années.  « Il y a donc une grande évolution. Malgré les problèmes auxquels nous faisons face, le Cameroun n’a jamais autant produit. Les chiffres de 2004 et ceux de 2018 traduisent la hausse de production, » a t il conclut.

2 commentaires

  1. C’est un constat triste et réaliste. Qui devrait se conclure par un autre fait : de trop nombreux entrepreneurs assistent aux séminaires, aux meetings et autres afterwork. Pourtant ils ne reviennent pas à la réalité pour mettre en pratique ce qu’ils auront entendu et appris.
    C’est pourquoi le sujet est devenu cet article sur Comment inscrire son projet dans la durée http://wusublog.canalblog.com/archives/2018/01/31/36100226.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.