Masques et marionnettes en fête à  Douala

Festival. La 8ème édition des rencontres internationales de ces objets d’arts s’est ouverte mardi 15 novembre 2011 à  Douala.

La 8ème édition de la rencontre internationale des masques et de marionnettes du Cameroun (Rimac) s’est ouverte mardi 15 novembre 2011 au Centre culturel français Blaise Cendrars (Ccf) de Douala. Une occasion comme le souligne Frédéric Tala, de démystifier les mythes construits autours des masques et de revaloriser ce pan ancestral, cet héritage spolié qui se dilue dans les industries culturelles occidentales. « Comme nos masques sont toujours dans les musées, on a voulu les donner une autre signification, une plus-value, afin de les faire revivre», explique ce dernier.

Pendant une semaine, metteurs en scène, comédiens, marionnettistes et constructeurs de masques travaillerons ensemble en vue de la création des spectacles. Neuf pièces issues des travaux de résidence sous forme d’un festival unique seront organisées et présentées au grand public en général et aux jeunes écoliers en particulier, sur les différents sites de l’évènement. Notamment, le Ccf, l’école publique Saint Paul de Nylon, le complexe scolaire Horizon d’Akwa, le foyer de la jeunesse protestante de Douala et la Maison des jeunes et des cultures de New-Bell. « La programmation de cette édition est la création L’île des Egarés qui vient de Pointe-Noire au Tchad », indique Didier Nyoumi, programmateur.

Du 15 au 19 novembre 2011, des troupes venues d’Europe et d’Afrique, des comédiens, marionnettistes et autres festivaliers issus du Benin, du Congo Brazzaville, du Gabon, de la Rca, du Tchad et du Cameroun rivaliseront d’adresse. Des pièces telles « l’île des Egarés », « Le procès des fous » et « Bawa ou l’enfant sorcier » seront présentées au public. Pour la clà´ture le 19 Novembre 2011, une excursion sera organisée au pied du Mont Cameroun dans la localité de Bakinguili. Au cours de celle-ci, des spectacles de rue seront exécutés avec toutes les compagnies.

Pour marqué la cérémonie dans les cÅ“urs des habitants de Douala, un carnaval de masques et marionnettes a défilé à  travers les artères de la capitale économique le mardi 15 novembre 2011.

Armelle Nina Sitchoma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.