Covid19: le dispositif de riposte réajusté dans le Littoral

Alim HAYATOU. Le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Sante, chargé de la lutte contre les Épidémies et les Pandémies a effectué ce 8 mai 2020 une visite de travail à Douala. Ladite visite visait à évaluer le dispositif de riposte contre le Covid19 dans la région du Littoral.

hôpital gynéco-obstétrique de Yassa

12 formations sanitaires sont sur le front pour la prise en charge de cette pandémie dans le Littoral. 3 grands hôpitaux, 3 centres médicaux d’arrondissement et 6 centres privés. À ces formations sanitaires, l’Etat a ajouté les logements sociaux de Yassa et le Stade Mbappe Leppe.

Son activité a démarré par l’hôpital Gynéco-Obstétrique et pédiatrique de Yassa. Selon le directeur de cette formation hospitalière, Laquintinie traite des cas légers et les cas graves sont référés à Yassa. Toutefois, le prof. Emile Télesphore Mboudou regrette que les familles attendent quand les cas se compliquent avant de ramener les patients dans son unité.

faciliter l’accueil des malades

Cap sur logements sociaux de Yassa de Ngodi Bakoko. Le site dispose de 400 chambres réquisitionnées et aménagées dans 8 bâtiments. Les 160 logements que compte le camp sic ont 2 postes de police et sont sous vidéosurveillance.

logements sociaux Yassa

Le SEtat, chargé de la lutte contre les Epidémies et les Pandémies s’est rendu à l’hôpital de district de Nylon. C’est ici que le call center de la région du Littoral est logé. Les appels du 1510 y sonnent et trouvent renseignements auprès de 36 jeunes. Ils y travaillent H/24 sur 12 postes de travail. Au stade Mbappe Leppe. Site désigné pour l’accueil futur des malades de covid19, les travaux d’aménagement de 184 lits se précisent. Le SETAT rassure que le site sera opérationnel dans 3 semaines.

je suis à Douala pour la deuxième fois pour m’assurer que l’hôpital général de Douala, l’hôpital obstétrique de Yassa, l’hôpital Laquintinie et le délégué régional de la santé du Littoral ont effectivement exécuté toutes les tâches que nous avons demandé de faire. Alim HAYATOU

pavillon Samuel Eto’o à Laquintinie

Le cortège d’Alim Hayatou s’est ébranlé pour l’hôpital Laquintinie. L’hôpital dispose de 105 lits dédiés à la prise en charge des patients covid19. Depuis mars elle a reçu 350 patients pour 50 décès. Actuellement 18 personnes sont en isolement. Au pavillon Samuel Eto’o, les personnes venues pour les tests sont en grogne. Ils revendiquent des tests et l’hôpital traîne à le faire.

Griefs et couacs

Ce n’est pas parce qu’on a été en contact avec un patient covid qu’il faut systématiquement venir faire le test. Il faut attendre que les symptômes apparaissent. Il faut prioriser les tests aux personnes qui en ont réellement besoin. Dr. NDOM Marie Solange, chef service de la prise des malades covid à Laquintinie

L’hôpital général de Douala point de chute de cette visite a quant à elle déjà reçu 200 patients covid19  pour 11 décès. Sur les 600 personnels de santé dans cette institut, 150 ont été testés pour 20 positif et 1 décès, renseigne le prof Henry Luma Namme, directeur de l’hôpital général de Douala.

Selon le comité local de gestion du covid19 dans la région du Littoral, la situation épidémiologique de la capitale affiche, 3268 personnes testées pour 842 cas positifs, 42 personnels de santé infectés, 40 décès et 209 lits. 2452 alertes déjà reçues, 2587 investigations menées et 1.152.305 sensibilisées.

J’ai le bonheur de constater que les uns et les autres se sont attelés pour mettre en place toutes les structures. Nous avons été à Laquintinie vous avez vu le laboratoire qui est en bon fonctionnement et bientôt nous aurons les tests rapides à Douala en moins de 24h. SETAT

Pour arriver à ce résultat de test en moins de 24h, il y a des préalables à résoudre. Dr. Grace Ngondi, chef service laboratoire explique

Le corona virus est venu perturbé le fonctionnement du laboratoire. Nous sommes un laboratoire P2. Nous avons fait des recommandations pour renforcer le niveau de biosécurité du laboratoire et les difficultés pour le personnel. Il faut renforcer les ressources humaines. par rapport au niveau de biosécurité du laboratoire, il est important qu’on ait un poste de réception des échantillons pour protéger l’environnement et le personnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.