Commandez votre taxi en un clic

Waziride, la plateforme digitale intelligente et innovante, spécialisée dans le transport urbain au Cameroun  est opérationnelle. Elle a été lancée le 27 mars 2018 à Douala.

Conference de lancement de l’application WaziRide à Douala

Au mois de juin dernier, je suis seule à la maison avec mes enfants. Il est un peu plus de 23h quand le plus petit se met à faire de la fièvre. Les minutes s’égrainent et la température ne cesse de grimper malgré le sirop contre la fièvre que je viens de lui donner. Il est Minuit et le petit ne va toujours pas mieux. J’appelle alors mon mari qui ne décroche pas. Normal ! Il dort déjà. Puisqu’on s’est dit bonne nuit à 21h. Le stress me gagne. La seule personne qui a un véhicule et qui peut me venir en aide vit de l’autre côté de la ville. Je l’appelle mais après réflexion, je me ravise et je raccroche le téléphone avant que l’appel ne sonne. Je me mets donc à réfléchir comment je vais transporter les enfants à 1h du matin pour l’hôpital avec un qui fait de la fièvre. Mission impossible. Quelques jours après que l’enfant soit rétabli, j‘entrepris alors de me former en conduite afin d’avoir un véhicule pour ne plus avoir à vivre une situation pareille. Jusqu’à ce que j’échoue l’examen du permis de conduire. (C’est une autre histoire que je raconterai quand j’aurai passé le permis, sinon je crois que je ne l’obtiendrais plus jamais.) Et me revoilà au point de départ.

Blaise Bouani, fondateur de WaziRide présente le projet

Blaise Bouani lui a vécu une situation semblable. En vacance au Cameroun en 2012, sa fille de 2 ans fait une fièvre alors qu’il est 1h du matin. Personne dans son entourage n’a un véhicule c’est là que commence la rude épreuve. Comment sortir du quartier avec l’insécurité et trouver un taxi qui va les transporter pour l’hôpital ? C’est ainsi que nait l’idée de création de Waziride. Une conciergerie digitale spécialisée dans le transport urbain. L’objectif, digitaliser l’industrie du transport urbain en interconnectant l’offre à la demande, moderniser le service des transports urbains grâce à la réservation et la gestion des flottes en temps réel, sécuriser le secteur du transport urbain grâce à la géolocalisation des parcours et une collaboration avec les forces de maintien de l’ordre et améliorer l’expérience du déplacement en répondant au besoin de sécurité et de confort des passagers dans le taxi. Et, le passager tout comme le chauffeur veut se sentir en sécurité. Ce n’est pas Florian et son chauffeur de taxi qui l’a transporté à 2h le 25 mars dernier qui me démentirons.

Le service Waziride est disponible dans les villes de Douala et de Yaoundé pour un premier temps. « Le but est de s’étendre dans toute l’étendue du territoire. Nous souhaitons sensibiliser 1000 chauffeurs cette année 2018. Et 5000 d’ici à 2023 », indique Blaise Bouani Yonga, Ingénieur informaticien et fondateur de la start-up Waziride. La start-up travaille avec les associations de conducteurs de taxi. Les chauffeurs sélectionnés sont formés aux techniques de gestion des clients. Un bouton SOS installé dans le véhicule permet de signaler sur le coup si le client n’est pas satisfait outre les feedback sur l’application. « Nous avons une identification régulière et une formation permanente des chauffeurs. Ils sont connus par les forces de l’ordre avec qui nous avons engagé des négociations pour une collaboration étroite. Nous travaillerons aussi avec les sociétés de sécurité privées à l’instar d’Africa Security », rassure le promoteur.

Waziride est disponible à travers un téléchargement gratuit via un Smartphone androïd sur la plateforme Google PlayStore. Les utilisateurs de Windows et Apple doivent encore patienter. « Nous ne les avons pas oublié. Nous sommes en pleine réflexion en vue d’une adaptation de l’application sur ces plateformes », précise Blaise Bouani Yonga.
Le fondateur de Waziride envisage de faire de son application la plus utilisée (téléchargée et consommée) par les usagers au Cameroun après facebook et whatsapp. Le projet est porté par la start-up du même nom regroupant des jeunes Camerounais du Cameroun et de la diaspora.

2 commentaires

  1. Bonne initiative qui résoudra les problèmes de la majorité. Pourvu que les partenariats soient solides, ce n’est pas évident même avec des syndicats. Le grand bonheur ce sera quand toutes les régions pourront en bénéficier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.