Le théâtre pour développer Douala

C’est l’axe qui soutient la 4ième édition de Compto’Art54, le carrefour international des Arts du Spectacle de Douala qui démarre dimanche 25 mars 2018 et s’achève le 31 du même mois.

les comédiens de la compagnie Atelier mobile en séance de formation avec Martin Ambara

A peine 2 Camerounais sur 10 ont déjà assisté à une représentation sur scène, déplorait déjà en 2017 Michelle Masuke, comédienne. Aujourd’hui, le constat est plus qu’alarmant dans plusieurs domaines des arts de la scène. Pour remédier à cela, Compto’art54 propose depuis 3 ans, des solutions à travers le théâtre, la danse, l’humour et les arts de la performance. La ville de Douala accueille donc du 25 au 31 mars cette plateforme d’effervescence artistique et culturelle sous le thème : « Quelle place peuvent avoir les arts du spectacle dans le développement sociétal d’une ville comme Douala».

Le théâtre se définit comme l’art de représentation d’un drame ou d’une comédie, un spectacle dans lequel des comédiens mis dans les circonstances et les situations créées par un texte ou la vision d’un metteur en scène, incarnent des personnages pour un regard extérieur dans un temps et un espace limité. Compto’art54 qui est rendu à sa 4ème édition se présente comme un espace de diffusion et bientôt un espace de création et pourquoi pas d’écriture. L’objectif principal de ce carrefour international des Arts du spectacle est de motiver les jeunes aux arts du théâtre, pense Eric Delphin Kwégoué, le directeur artistique du festival. Les acteurs formés par le comédien-formateur Martin Ambara de la compagnie Atelier mobile vont ouvrir le festival dimanche 25 mars à Douala, et faire voyager le public à travers « la forêt illuminée » de Gervais Mendo Ze. Une conciliation des différentes tribus du Cameroun pour donner une esthétique camerounaise.

Le menu de ces 7 jours de festival prévoit des spectacles de théâtre et de danse, les ateliers d’écriture, le programme de lecture des textes, le ciné-théâtre, le spectacle d’humour et les performances. Comme innovation, « des programmes de lecture de 3 Camerounais ayant eu des prix en 2017 seront lus. Il s’agit de ‘’Debout un pied’’ de Sufo Sufo, prix SACD 2017, ‘’La poupée barbue’’ d’Edouard Elvis Bvouma, prix RFI 2017 et ‘’Igonshua’’ d’Eric Delphin Kwégoué, prix lycéen des inédits d’Afrique et Outremer2017 », précise le directeur artistique.

Tenez ! Si vous voulez savoir un peu plus sur l’écriture dramatique contemporaine camerounaise aujourd’hui, rendez-vous le lundi 26 mars 2018 avec «Autour des Mbias », un programme de rencontre-débat animé par Wakeu Fogaing. Il va animer ce même jour un atelier d’écriture. Les sites qui vont accueillir le festival et les festivaliers sont, l’Institut français de Douala, la maison des Jeunes et des Cultures de New-bell, la maison de la culture et de la danse à Bali et chez Kiki à Bali.

Ce festival sera traversé par la journée internationale du théâtre qui se tient le 27 mars. Cette journée sera meublée par un atelier d’écriture, un programme de rencontre-débat sur la nécessité de réinventer un nouveau théâtre au Cameroun, un spectacle de théâtre « la forêt illuminée » et le spectacle de danse « la ville africaine de demain.» Les compagnies sont brassées des acteurs de plus de 5 pays pour mieux mettre corps à ce rêve de Compto’art54, 54 représentant les 54 pays que compte le continent africain.

Des spectacles jeunes publics sont également au programme, n’hésitez pas à aller distraire les enfants durant ces congés de pâques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *