Cinq militaires attaquent le pont sur le Wouri

Ils demandaient le départ de Paul Biya. 

Les populations de Bonabéri à  Douala se sont levées dans une psychose générale hier jeudi 29 septembre 2011. Cinq personnes, vêtues de treillis militaires et lourdement armés, ont pris en respect le pont sur le Wouri. Pendant une durée de 2 heures, aucun véhicule ne pouvait ni aller, ni venir dans les deux sens. Ceux qui étaient présents sur le pont au moment de l’attaque se sont vus dépouillés de leurs clés et de leurs pièces personnelles. « Un militaire présent sur le pont m’a demandé de garé. Il a pris la clé de ma voiture et mes pièces personnelles, ainsi que pour tout les automobilistes que traversaient », raconte une victime.

L’incident s’est produit vers 5 heures 30 minutes. Les hommes en tenus ont affichés une banderole blanche avec des messages clairs. « Paul Biya doit partir », « 29 ans de pouvoir, Paul Biya dictateur », un civil tué = deux hommes en tenue ». Juste à  cà´té, flottait le drapeau vert-rouge-jaune du Cameroun. « Au départ il est seul, il tirait des coups de feu dans l’air en demandant à  Paul Biya de dégager. Après, 4 autres sont arrivés du cà´té de Bonabéri », indique un témoin.

Alerté par les coups de feu, le permanencier du central N° 3 est descendu sur les lieux. Il a été rejoint par les policiers de l’équipe spéciale d’intervention rapide de Douala (Esir), qui ont et il y a eu échange de coup de feu, apprend-t-on de source policière. La riposte des forces de l’ordre a permis de faire un blessé du cà´té des assaillants. Celui-ci s’est jeté dans l’eau du Wouri. Les 4 autres se sont échappés par la base elf. Les premières enquêtes ont permis de récupérer un macaron et un chéquier portant le même nom et une kalachnikov abandonné par les brigands.

Quatre armes de type fals, des munitions d’une valeur de 25 kilogrammes, des grenades, des tenues militaires et une paire de jumelle ont été retrouvés dans le véhicule noir, de marque Carine 3 que les assaillants ont abandonné sur le pont du Wouri et sont actuellement gardés à  la brigade ter de Bonabérie.

Le gouverneur de la région du Littoral Fa௠Yengo Francis, le préfet du Wouri, Bernard Okalà¯a Bila௠et le général de division Mohamadou Sali, commandant de deuxième région militaire sont descendus sur les lieux. La circulation a été rétabli aux environs de 8 heures.

Armelle Nina Sitchoma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.