Cameroun : le gouvernement appui les acteurs du secteur industriel

Une concertation entre le Minepat et les opérateurs du secteur privé a lieu à  cet effet ces 31 mars et 1er avril 2016 à  Douala. En projet, la recherche des solutions pour booster la production industrielle et par ricochet être compétitif sur le marché international.

MINEPAT

« Les cours du pétrole ont chuté de près de 46% entre 2014 et 2015 et se situent de nos jours en dessous de 40 dollars le baril. De même, l’indice global d’évolution des cours des autres produits d’exportation a baissé de 5,1% sur la même période. Il s’agit spécifiquement des baisses des cours du bois de 21%, de coton de 17%, du café robusta de 14%, de l’aluminium de 11% et du caoutchouc de 8%. La conséquence de cette situation sur notre commerce extérieur est une baisse des recettes d’exportation de 6%, bien que nous ayons enregistré une hausse des volumes des principaux produits exportés ». Ces chiffres sont de Louis Paul Motaze, Ministre camerounais de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (Minepat). Ils ont été dévoilés ce jeudi 31 mars 2016 à  Douala, lors de la rencontre entre le Minepat et les acteurs du secteur privé. Une concertation qui se tient au lendemain des assises du Cameroon Business Forum, à  l’initiative du Bureau de mise à  niveau des entreprises et vise à  renforcer la synergie entre le gouvernement et le secteur privé pour l’atteinte des objectifs de développement.

Malgré ce contexte marqué par la baisse des cours des matières premières, la crise sécuritaire et la perspective de l’entrée en vigueur de l’Accord de partenariat économique, l’Etat camerounais est à  l’écoute des opérateurs économiques et est prêt à  les accompagner dans les mesures de riposte contre toutes les menaces. Une amélioration de la production des entreprises à  travers la création du bureau de mise à  niveau a été faite ainsi que la mise à  disposition des financements pour les acteurs du secteur privé. La transformation locale de nos produits bruts est également un des éléments de réponse efficaces à  ces chocs. Des approches qui permettraient au Cameroun de se prémunir contre les fluctuations des cours des matières premières et promouvoir une plus grande diversification de son économie et un meilleur positionnement dans la chaîne des valeurs mondiales.

Armelle Nina Sitchoma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.