Ondoa Akoa Alphonse Roger nouveau DG de la Camwater

20160208_150204[1]

L‘ancien secrétaire générale de la Communauté urbaine de Yaoundé, à¢gé de 56 ans a été installé ce lundi 8 février 2016 par le ministre de l’eau et de l’énergie. Il hérite d’une entreprise agonisante. Il a pour défis de la redresser, de moderniser et d’améliorer l’approvisionnement des populations en eau potable.

Très tà´t ce lundi 8 février 2016, la rumeur a circulé. Puis la nouvelle s’est répandue comme une trainé de poudre. Les policiers et gendarmes en masse devant et dans à  la direction générale de la Camwater à  Bonanjo a commencé a suscité davantage de commentaires. Puis à  15h, après la tenue d’une session extraordinaire du conseil d’administration de la Cameroon water utilities corporation (Camwater), Basile Atangana Kouna, le ministre de l’eau et de l’énergie est venu mettre fin au suspense. « Le conseil d’administration de la Camwater vient de porter monsieur Ondoa Akoa Alphonse Roger à  la tête de l’entreprise en remplacement de monsieur Sollo Jean William », c’est en ces mots que le ministre a dévoilé l’identité de celui qui prend désormais les règn0es de la Camwater non sans signaler que tout ceci s’est faite dans l’urgence.

Né le 20 septembre 1960 à  Yaoundé. Originaire du département de la Méfou et Akono, région du Centre, Ondoa Akoa Alphonse Roger est marié et père de 4 enfants. Il est officier de l’ordre national de la valeur. Diplà´mé de l’école nationale d’administration de Yaoundé promotion de 1987, et de l’institut international des droits de l’Homme de Strasbourg promotion 2006. Il totalise ainsi plus de 25 ans de services. Il a été tour à  tour, adjoint préfectoral, pendant 4 ans, sous-préfet y compris celui de Yaoundé 1er pendant une dizaine d’années, avant sa nomination il était secrétaire générale de la communauté urbaine de Yaoundé.

Comme tout mouvement de personnel, celui-ci participe à  des ajustements rendus nécessaire par la recherche d’une impulsion nouvelle à  travers le renouvellement des compétences à  la Camwater. En effet, Ondoa Akoa Alphonse Roger hérite d’une entreprise en agonie. «Votre nomination intervient dans un contexte particulier. D’une part, celui d’une entreprise qui connait d’énormes difficultés, assurer un service public continu et de qualité et d’autre part, celui d’un ensemble de partenaires avec lesquels les rapports se sont énormément dégradés ces derniers mois », indique le ministre. Il a poursuivi son propos en détaillant les faits ci-après, « l’entreprise que vous héritez ce jour n’a pas été capable, ni d’achever dans les délais impartis les projets qui avaient déjà  été lancés et encore moins d’implémenter de nouveaux projets. Installant ainsi tout le secteur dans un déséquilibre dont la profondeur s’accentue progressivement. Bien plus, elle entretient depuis quelques temps déjà  des relations très étriquées aussi bien avec les bailleurs de fonds qui ont toujours accompagné le secteur, qu’avec son partenaire la camerounaise des eaux. Par ailleurs, vous ferez face à  quelques irrégularités qui sont entretenues et qui ont traits à  la violation des engagements contractuelles, toute chose ayant value à  la camwater la suspension et l’annulation respectivement des décaissements de la banque européenne d’investissement, et des financements de l’AFD au cours des années 2012 et 2013. Il en va de même du recrutement des personnels cadres et des nominations des responsables qui ont été opérés non seulement en marge des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, mais parfois suivant des critères peu recommandables. »

Les principaux défis de Ondoa Akoa Alphonse Roger, la réalisation à  bonne date des projets retenus dans le cadre de la tenue de la coupe d’Afrique des nations 2016 et 2019 à  savoir raccorder les infrastructure sportives au réseau et assurer un service continue d’approvisionnement en eau potable pendant toute la durée des compétitions, l’accélération du raccordement des conduites pour transporter et distribuer les 150 milles m3/jour actuellement disponible au niveau de la station de traitement d’eau de Yato à  Douala, la poursuite des extensions des réseaux davantage la réhabilitation aussi bien du réseau primaire, secondaire que tertiaire des transports de l’eau potable devenu obsolète dans plusieurs milieux. Le nouveau DG doit donc porter la Camwater au niveau où elle devrait être.

Vivement qu’à  la vitesse de la désignation du nouveau DG, que l’eau coule de nouveau dans nos robinets.

Armelle Nina Sitchoma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.