Charlotte Ntamack en spectacle ce soir à  l’IFC de Douala

Je vous propose ce réchauffé du portrait de Charlotte Ntamack, non seulement parce qu’elle est en spectacle ce vendredi 14 mars 2014 à  20 heures à  l’IFC, mais aussi parce qu’elle m’a séduite à  sa seule représentation que j’ai assisté. Alors pour déstresser ce soir, vous égayez et surtout rire… allez à  l’Institut Français de Douala et amuse-vous. Mais avant lisez un peu qui elle est, son parcours et ses défit ici.

Image

Lauréate 2013 du programme Visa pour la création de l’Institut Français, la comédienne est en spectacle ce soir  (vendredi 14 mars 2014) sur les planches de ladite institut. Sa représentation « Don’t cry, stand-up » est issu d’une résidence d’écriture à  la Maison des Auteurs des Francophonies de Limoges, et au Théà¢tre du Tarmac à  Paris et sera présentée pour la seconde fois au Cameroun.

« Charlotte Ntamack est une femme, mais une artiste avant tout », se définit-elle. Là  elle a raison. Connaissez-vous l’histoire de « Kira » ? Si vous l’écoutez une fois la conter, vous serez ébahi. C’est un conte qui parle d’une jeune femme, belle mais qui n’arrivait pas à  faire d’enfant jusqu’à  ce qu’elle rencontre le génie de l’arbre. Celui-ci lui donna une potion grà¢ce à  laquelle Kira enfanta un « Mbondo mà¢le » qui veut dire « Noix de coco mà¢le » en français. Celle-ci conserva son bébé jusqu’au jour il devint un homme en épousant une fille. Cette histoire de prime à  bord banale, devient intéressante grà¢ce à  la voix et au jeu de Charlotte Ntamack sur scène.

ImageElle commence le théà¢tre après les années de lycée. Celle qui s’est lancé dans la comédie par le chant ensuite la danse et après le théà¢tre, a su maîtriser son art. Elle est dans le monde de la comédie depuis déjà  10 ans. « J’ai commencé ma carrière en 2002 à  Douala dans les petites salles avant d’enchainer les autres villes », précise-t-elle. Pour se parfaire, Charlotte Ntamack fait plusieurs recyclages. « J’avais soif de connaissance donc j’ai suivi plusieurs ateliers avec Catherine Bokowitz, martin Ambara, Fréderick Fisbach, Théodore Kayesse entre autres », dit-elle. Elle tire son inspiration de la vie de tous les jours et de l’imaginaire.

Celle qui a été révélée au public par la pièce « La République des femmes » de Théodore Kayesse, et qui a reçu le Prix de la meilleure interprétation 2002 du Festi Forum, a mà»ri son interprétation. Charlotte partage son expérience et joue dans plusieurs pièces. Elle a dans son palmarès, « Iphigénie en Tauride » et « Faust » de Wolgang von Goethe, « Les sept possibilités du train 713 » d’Armant Gatti, « L’épique des héroà¯ques » de Martin Ambara, « Osiriade SG 21 », « Roméo et Juliette », « Il avait plu sur la rose » de Nicaise Wegang et « Kira » son propre conte. La comédienne a également fait les premières parties du Stand up night show à  Douala et Yaoundé de Valérie Ndongo. Elle a fait des tournages au Cameroun, en Afrique, en France à  la maison de la poésie à  Paris, Au théà¢tre du vieux colombier.
A 35 ans, Charlotte Ntamack veut voler de ses propres ailes. « Dans un avenir très proche, je prépare mon spectacle solo de stand up », confie-t-elle. C’est ce challenge qu’elle va tenter de relever ce soir à  20 heures à  l’IFC.

Armelle Nina Sitchoma

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.