Agenda / Calendrier

Produire pour… et de l’Afrique

9ideas conference. Fritz EKWOGE dit et montre comment il faut penser hors de nos frontières et proposer des produits pour le marché africain et pourquoi pas mondial.

Fritz Ekwoge
Fritz Ekwoge

Nous avons beaucoup de problèmes dans le marché camerounais mais est-ce-que la solution ne serait pas de fuir ce marché camerounais ? C’est en ces interrogations un peu ironiques que Fritz Ekwoge a ouvert son intervention ce samedi 30 mars 2013, au Gicam à  Douala. Il ouvrait ainsi un débat sur «le guide africain des entrepreneurs : produire pour… et de l’Afrique ». Pour résoudre se problème qui est une véritable épine pour le développement des entreprises Cameroun en particulier et de l’Afrique en général, son idée nouvelle pour cette 4ème édition de la 9ideas Conference, c’est qu’il faut penser hors de nos frontières et proposer des produits pour l’extérieur, soit le marché mondial.

Devrons-nous construire pour le Cameroun ou pour le marché camerounais étant donné que plusieurs maux qui minent le marché camerounais notamment la corruption ? Fritz pense que non. Selon lui, le Cameroun est un très petit marché. Les entrepreneurs devraient se battre pour couvrir le marché africain et pourquoi pas mondial ? Il propose une solution basée sur deux logiques.

Premièrement, des façons de faire pour que l’Afrique avance. Il faut donc un grand capital, la patience, pouvoir s’adapter à  toutes les cultures et demander l’aide du gouvernement. Deuxièmement, les façons de faire de l’Afrique. Ici il faut une boutique de vente des applications, une boutique en ligne, ajouter internet, créer une plate forme de publicité, être indépendant et externaliser tout produit destiné à  un marché.

Pour y parvenir, il faut que les entrepreneurs arrêtent de se focaliser sur le marché africain pour penser au marché mondial. Il est donc important de penser hors de nos frontières, de proposer des produits pour l’extérieur. Penser des produits en Afrique et les exporter et pouvoir surmonter et s’introduire dans le business model.

Cher entrepreneurs, pensez-donc au-delà  de la stratosphère africaine.

Armelle Nina SITCHOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.